fermer
Imprimer

Territoire d'étude

Un musée de société

Les origines des musées de société

Photographie de l'exposition Qu'elle est belle la mariée, par Yvan Bourhis

Exposition temporaire "Qu’elle est belle

la mariée !" - Cliché Yvan Bourhis/CG77

Nés dans les années 1970, les premiers écomusées et musées de société furent tout d’abord conçus pour témoigner des sociétés rurales que l’urbanisation et les évolutions techniques et sociales mettaient en péril.

Progressivement, ils ont gagné le champ de l’environnement social, urbain, industriel (objets de la vie quotidienne, paysages, architecture, savoir-faire, témoignages oraux), et se sont tournés vers le contemporain.

Ce nouveau concept de musée a été inventé par Georges- Henri Rivière (concepteur du musée des Arts et Traditions Populaires, fondateur de la Société d’Ethnologie Française, mort en 1985) et Hugues De Varine, qui a, quant à lui, expérimenté le développement communautaire avec l’écomusée du Creusot.

Retour au menu

Du musée "institution" au musée "forum"

Photographie de l'exposition Faits divers au jardin par Yvan Bourhis

Exposition temporaire "Faits divers au

jardin, la biodiversité à sa porte"

- Cliché Yvan Bourhis/CG77

Ces nouveaux musées traduisaient un nouveau regard sur l’objet, contribuant à repenser la muséographie, imaginant ainsi des moyens multiples de restitution pour raconter l’histoire d’un territoire (reconstitutions minutieuses d’intérieurs, ateliers conservés in situ).

Ces pratiques ont permis de passer d’un musée “institution” cloisonné à ses collections, à un musée “forum”, espace ouvert sur son territoire, pour lequel chacun des faits de société (l’immigration, le chômage, la religion, l’école, l’alimentation…) sont autant de sujets à partager, à traiter et reprendre avec la population.

Retour au menu

Divers types de patrimoine

Photographie de l'exposition Histoire d'ici mémoire d'ailleurs par Yvan Bourhis

Exposition temporaire "Histoires d’ici,

mémoires d’ailleurs"

- Cliché Yvan Bourhis/CG77

Derrière ce concept, on peut trouver aussi bien des musées du patrimoine technique ou industriel, musées d’arts et traditions populaires, musées d’ethnographie régionale, musées de ville, lieux de mémoire.

Tous valorisent les patrimoines technique, industriel ou ethnologique, étudient les cultures populaires ou professionnelles et collectent les patrimoines matériels et immatériels qui en témoignent.

Retour au menu

Le travail du musée de la Seine-et-Marne

Photographie de l'exposition temporaire Quoi de neuf au pays du jouet par Evelyne Baron

Exposition temporaire "Quoi de neuf au

pays du jouet?"

- Cliché Evelyne Baron/MDSM

Le musée départemental de la Seine-et-Marne travaille dans ce sens depuis son ouverture en 1995. Il a, entre autres, produit 25 expositions, toutes fruit d’une recherche ethnologique effectuée ou commandée par le musée, et portant aussi bien sur le passé que sur la société seine-et-marnaise contemporaine.

Par ailleurs, son originalité est de produire et réaliser depuis 1988 des images animées constituant un fonds audiovisuel précieux pour conserver la mémoire du territoire.

Retour au menu

Un musée de territoire

La Seine-et-Marne

Carte de la Seine-et-Marne et ses territoires anciens

La Seine-et-Marne et ses

territoires anciens

- Par Olivier Schimmenti

Un territoire n’est pas forcément un espace uni, mais un système d’espaces géographiques emboîtés formant un espace social et/ou participant d’une même histoire.

Celle de la Seine-et-Marne commence en 1790 avec la création du département dans sa forme actuelle. Le département porta plusieurs noms : département « de la Brie », « de Meaux et de Melun », « de Melun », « de la Brie et du Gâtinais » avant de prendre le 4 mars 1790 celui de « Seine-et-Marne ». Ces noms renvoient aux régions et pays sur lesquels le département s’est implanté : Brie, Gâtinais, Multien, Orxois, Goële, Bière, Bassée, Montois.

Retour au menu

Un territoire dynamique

Photographie de l'exposition temporaire Fromages de Brie par Yvan Bourhis

Exposition temporaire "Fromages de Brie"

- Cliché Yvan Bourhis/CG77

Le territoire de référence du musée est donc la Seine-et-Marne : 1 347 008 habitants selon le recensement de 2010, répartis sur une superficie de 5915 km² : vaste territoire qui constitue à lui seul 49% de l’Ile-de-France. Un département en plein essor, 0,8 % d’habitants gagnés rien qu’en 2011, un fort contraste « ville/campagne » entre l’ouest et l’est.

Département très rural à l'origine, La population de la Seine-et-Marne a en effet triplé en un demi-siècle en raison du développement à l’est de l'agglomération parisienne et de l'implantation de deux villes nouvelles : Marne-La-Vallée et Sénart.

Le musée de la Seine-et-Marne rend compte de cet espace social, par la constitution de fonds : documents, objets, photographies, et films. Il mène régulièrement des recherches et des enquêtes ethnologiques sur des sujets ayant trait au passé et aux aspects contemporains du département.

Retour au menu