Imprimer (nouvelle fenêtre)

Juste Habineza

Juste, 24 ans, est né au Rwanda. Il nous raconte l'histoire de ses parents et la sienne.

Juste Christophe HABINEZA, 24 ans, Rwandais

Fuir la guerre

Au Rwanda, Juste habitait dans la petite ville de Butare où la famille s’était installée. Mais c’est dans un petit village qu’il a passé toute son enfance, et c’est là que sont ses souvenirs.

À Butare, son père était directeur d’hôpital. Malade, il est décédé avant la guerre. Pendant la guerre, une partie de la famille émigre vers la France : d’abord son grand frère, qui obtient le statut de réfugié, puis sa mère qui arrive dans le cadre du regroupement familial, soutenue par le secours catholique et la Cimade.

Juste est arrivé en 2004 bénéficiant de ce même dispositif. Il a 19 ans.

Retour au menu

Leurs vies en France

La famille après avoir habité à Orléans, déménage à Paris. Mais les conditions demandées pour trouver un logement ne permettent pas que la famille soit réunie sous le même toit.

Aujourd’hui ils vivent séparés. Juste habite un foyer de jeunes travailleurs situé en pleine campagne et difficile d’accès. Chacun d’eux possède un titre de séjour, obtenu après de longues démarches.

Les premiers temps sont durs, car la vie est très différente ici, personne ne parle à son voisin : le jeune homme souffre de la solitude, de l’absence de contact et d’échange. Sa foi en la religion catholique est ébranlée, il devient protestant.

Retour au menu

Sa vie en France

Parlant difficilement la langue, il entreprend courageusement de reprendre en France les études abandonnées au Rwanda.

Il obtient son baccalauréat et envisage de passer maintenant un BTS en alternance, en électro-technique. C’est son souhait le plus cher. Mais trouver du travail pour financer ces études s’avère très difficile.

Retourner au Rwanda ? La question est délicate. Pour le moment le pays est en paix, mais pour combien de temps se demandent Juste, son frère et sa mère.
Là-bas, il y a encore un petit frère qui vit chez une grande soeur, mariée. Juste communique avec eux par l’intermédiaire des réseaux Internet.

Retour au menu

entretien suivant

Kandji Camara