Imprimer (nouvelle fenêtre)

Noreen Siddique

Noreen, 37 ans, est née au Pakistan. Elle nous raconte l'histoire de ses parents et la sienne.

Noreen SIDDIQUE, 37 ans, Pakistanaise d’origine

Née au Pakistan

Noreen est née à Islamabad. Arrivée en 1999 en France, elle a rejoint sa famille profitant des possibilités offertes par le regroupement familial. Son beau-père, émigré depuis 1970, a d’abord fait venir son fils, le mari de Noreen, en 1985. Ils se sont mariés au Pakistan lorsque Noreen avait 24 ans.

Noreen a toujours habité Meaux, dans le centre ville d’abord puis à Beauval. Son époux travaille dans un atelier de confection pour une marque de luxe, à Paris, il prend le train tous les jours.

Elle-même travaillait auparavant dans ce secteur d’activité, mais elle a provisoirement arrêté pour élever ses deux enfants, nés en France.Aujourd’hui, elle cherche à nouveau du travail dans la couture.

Le couple possède la double nationalité franco-pakistanaise. Tous les deux ans, toute la petite famille retourne au pays rendre visite à ceux qui sont restés là-bas, les parents, les frères et les soeurs de Noreen et renouer avec des éléments de la culture traditionnelle.

Retour au menu

Leurs vies en France

Ce qui a beaucoup marqué Noreen lorsqu’elle est arrivée en France, c’est la manière dont les enfants parlent aux adultes, avec une grande liberté et spontanément, ce qu’elle a pris au départ pour une conduite irrespectueuse.

C’est aussi la manière dont les femmes s’habillent, lorsqu’elle retourne dans son pays, elle endosse l’habit traditionnel. Ici, ses enfants apprennent les deux langues.

Elle leur cuisine des plats traditionnels. De religion musulmane, enfants et parents respectent les prescriptions alimentaires, d’habillement, de prières et les fêtes. Le regard des uns, le mauvais accueil fait aux étrangers n’est pas toujours facile à vivre.

Heureusement, d’autres personnes sont plus gentilles et bienveillantes. Noreen a appris à parler français avec l’aide de sa belle-famille, mais aussi en suivant les cours dispensés au centre social Louise Michel.

Retour au menu

entretien suivant

Patrick Thomas